Photographier en argentique.

Longtemps que j’avais envie de vous parler à ce sujet, car souvent on me pose les mêmes questions: Pourquoi photographier en argentique ? et Plutôt argentique ou numérique ?, alors aujourd’hui j’ai décidé de vous faire un petit article pour vous donner ma vision des choses.

Photographie argentique, késako ? Vous vous souvenez de nos bonnes vieilles pellicules photos perforées, et de ces appareils photos qui faisaient crik-crik-crik quand on faisait avancer le film ? De ce temps où il fallait attendre, parfois très longtemps, avant de pouvoir voir si on avait une tête potable sur la photo de famille ou si votre chat n’avait pas bougé pendant que vous essayiez de le prendre en photo ? Qu’il fallait se rendre dans des boutiques pour faire développer sa pellicule et qu’on payait parfois cher pour pouvoir admirer ses clichés sous 1h ? Ah qu’il commence à être loin ce doux temps où l’aire révolutionnaire du numérique n’avait pas pris le pouvoir…

Point wikipédia: La photographie argentique est une technique photographique permettant l’obtention d’une photographie par un processus photochimique comprenant l’exposition d’une pellicule sensible à la lumière puis son développement et, éventuellement, son tirage sur papier.

On aurait pu croire qu’avec l’arrivée de la photographie numérique et de ses nombreux petits bijoux technologiques la photographie argentique aurait totalement disparue, et pourtant ! Nous sommes encore de très nombreux photographes à profiter des joies de la photographie « à l’ancienne », sans doute un parfum de nostalgie qui nous obsède. Mais pas seulement. L’argentique a ce petit quelque chose en plus qui rend l’acte photographique un peu magique, surtout dans cette société où la photographie est devenu un produit de consommation massive où il suffi de dégainer son smartphone pour capturer l’instant en quelques secondes en HD et de pouvoir partager instantanément ces clichés avec le plus grand nombre sur Instagram, Facebook, Twitter et j’en passe.

L’argentique c’est tout d’abord l’art de la patience. Inutile de tourner votre appareil il est dépourvu de tout écran qui vous permet de visualiser votre cliché. Il faudra attendre le moment crucial de la fin de pellicule, lorsque votre compteur affichera le fameux 36 (ou 24). Là, vous pourrez délicatement rembobiner votre film et le sortir avec précaution de votre boitier. Youpi ! La pellicule est entre vos mains, prête à être développée… Direction ensuite le labo le plus proche et l’attente avant de récupérer le négatif (généralement entre 1h et 24h) (les amateurs acharnés, amoureux de chimie, préféront faire le développement eux-même). Ensuite libre à vous de scanner vos films ou de faire des tirages papier de vos photos, et à ce moment là seulement vous pourrez admirer le résultat ! Et par la même occasion profiter de vos merveilleux ratages (car en argentique il n’y a pas non plus d’option « corbeille ») mais c’est ce qui fait partie du charme, ce moment particulier lorsque vous découvrez vos images, les bonnes surprises, les mauvaises mais aussi les détails parfois involontaires et inattendus qui rendent un cliché unique.

Mais l’argentique c’est aussi une façon de penser différemment. Pas d’aperçu, un nombre de vue limité et pas de possibilité d’effacer cela pousse à faire bien plus attention à ce qu’on prend et à pourquoi on le prend. Est-ce que la choucroute que j’ai mangé ce midi vaut la peine d’être photographier sous toute les coutures ? Sans doute pas. On s’efforce donc à ne capturer que l’essentiel, ce qui trouve grâce à notre œil devenu exigeant et à ne pas gâcher du film pour rien. Quand un sujet mérite notre attention il faut ensuite prendre le temps de réfléchir à la construction de l’image (oubliez aussi l’option « recadrage »), l’exposition, la lumière etc. pour prendre le meilleur cliché possible. Vous l’aurez compris, on est bien loin du déclenchement compulsif chronique et de la centaine de photos prises en mode auto (où au final on ne tire parfois rien de bon).

Enfin, pour ce qui est du rendu, le grain de la photographie argentique est tout simplement inimitable. Au même titre qu’un tirage « façon Polaroid » ne sera jamais un vrai Polaroid », une photo argentique aura toujours plus de charme qu’une photo numérique photoshopée avec des filtres pseudo-vintage. Il existe encore sur le marché de très nombreux films, aux caractéristiques différentes, qui donneront des résultats singuliers. Autant de possibilités de varier les résultats.

En ce qui concerne le budget c’est vraiment accessible à tous, sachez que pour un appareil il est inutile de dépenser une fortune, toutes les bourses peuvent se faire plaisir et s’acheter ce petit bout de nostalgie: comptez environ 10€ pour un appareil photo jetable, 50€ pour un appareil photo rétro chez Lomography ou 100€ pour un réflex. Pour ce qui est des pellicules, le budget se situe entre 2€ et 8€ par film, suivant les caractéristiques de celui-ci. Enfin pour ce qui est du développement et du tirage, les labos facturent en moyenne le développement seul à 4/5€, celui-ci s’élève à 12€ avec la numérisation de vos clichés et enfin 15/20€ pour le tirage de vos images sur papier (format 10x15cm).

Argentique ou numérique ? Il est impossible de choisir. Du moins pour ma part. Ce sont deux façons de voir les choses bien différente et le plaisir n’est pas du tout le même. Certains ne jurent que par l’un ou l’autre, mais personnellement je trouve ça dommage de ne pas profiter du meilleur des deux. De plus, l’argentique est une très bonne école pour apprendre les bases du fonctionnement photographique, on revient au BA-Ba en toute simplicité. Les deux techniques sont complémentaires, et il enrichissant de s’intéresser au deux, car on ne photographie souvent pas de la même manière en argentique et en numérique.

Je possède pas mal d’appareils photos argentiques, plus ou moins anciens qui sont tous en état de fonctionner et avec lesquels je photographie toujours, je choisi souvent lequel je vais emmener pour telle ou telle sortie suivant mes envies du moment, chacun ayant sa propre « personnalité », du reflex à la boite en plastique basique, le plaisir est toujours différent mais tout aussi grand !

cygneszenit

calaiscanon

Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbH

Alors, tenté par ce retour à la photographie argentique ? Avez-vous déjà retrouvé (ou découvert) le plaisir de la pellicule ? Ou alors avez-vous abandonné votre vieil appareil au fin fond d’une armoire ? N’hésitez pas à me faire part de vos retours, et si vous avez des questions, comme toujours rendez-vous dans les commentaires.

Quelques adresses utiles:
Laboratoire Négatif +: 104,106,108 Rue Lafayette, 75010 Paris  http://negatifplus.com/
Lomography: 6 Place Franz Liszt, 75010 Paris & 17 Rue Ste Croix de la Bretonnerie, 75004 Paris http://www.lomography.fr/
Nation Photo: 26 Place de la Nation, 75012 Paris http://www.nation-photo-paris.fr/
Formosaflash: 65 rue de la Grande aux Belles, 75010 Paris http://formosaflash.com/
Atelier GMS: 27 rue des Pinsons, 94000 Créteil http://www.ateliergms.com/
Et si vous cherchez un réparateur spécialisé dans votre région, vous trouverez une liste d’artisans sur le site www.collection-appareils.fr
Et si vous avez de bonnes adresses, à Paris ou ailleurs (surtout), n’hésitez pas à les partager dans les commentaires !

Shebam ! Pow ! Blop ! Wizz !

52 Comments

  • Y-Lan

    31 octobre, 2013 at 10 h 39 min

    Merci pour ce super article ! Moi, j’ai débuté la photo en numérique. L’argentique me fascine mais je fais un blocage psychologique pour le moment (la peur du gros ratage, ou la peur de découvrir que que le superbe appareil retrouvé dans la cave ne fonctionne plus…) J’ai un Diana F+ qui n’a servi qu’une fois le pauvre… Mais va falloir que je me prenne en main un jour quand même !

    Répondre
  • Souchka

    31 octobre, 2013 at 13 h 49 min

    Il est top ton article !
    Effectivement, prendre des photos en argentique n’a rien à voir avec le numérique, et pour ma part cela me procure davantage de satisfaction ^^
    J’aime énormément les appareils Lomography car ils sont super simples à utiliser, j’ai également un vieux reflex mais je ne sais pas encore bien m’en servir.
    Les photos publiées dans ton article sont très belles en tout cas, bravo :)
    Bonne journée !

    Répondre
  • Clout

    31 octobre, 2013 at 15 h 25 min

    Super article ! Moi qui ne connaissait quasiment rien a l’argentique, j’ai enfin pu comprendre et apprécier la chose :)
    Les périodes de fêtes -et donc de cadeaux- approchant, je voulais donc savoir si tu n’aurais pas un appareil à me conseiller, pour faire mes premiers pas dans l’argentique après quelques années de numérique (j’ai un bridge, assez limité comme appareil) ?
    Avec un budget max de 90 euros (plus les 10 euros de pellicules ça fait 100, le compte est bon ^^)
    J’aime bien la texture des 2 premières photos de ton article (je ne sais pas si je suis claire mais bon ^^’ ) ‘fin bref la couleur quoi :p
    Merci d’avance et encore bravo pour ce bel article :)

    Répondre
  • Aurélien Calonne

    31 octobre, 2013 at 18 h 08 min

    super article qui résume bien mon sentiment aussi face à l’argentique, c’est une autre façon de travailler qui est complémentaire du numérique, d’ailleurs j’ai hâte de jouer avec mon nouveau yashica ce week-end, et de voir à l’occasion plus de tes photos argentiques!

    Répondre
  • Guijou

    31 octobre, 2013 at 21 h 41 min

    Et pour les fondus, ou ceux qui veulent absolument trouver LEUR appareil, une autre « adresse » à Paris à conseiller –> Le boulevard Beaumarchais près de Bastille, aka LA rue de la photo argentique (comme numérique). Ça fait plaisir cet article Charlotte :)

    Répondre
  • Aurore

    31 octobre, 2013 at 23 h 19 min

    Super ton article !
    je dois avouer que je regrette un peu l’époque de l’argentique dans le sens où désormais nos photos sont « volatiles ». J’aime tellement les photos sur papier, ça a pour moi beaucoup plus de charme. Mais je n’ai pas encore sauté le pas, je suis toujours avec mon appareil numérique.

    Répondre
    • Charlotte

      1 novembre, 2013 at 10 h 05 min

      Hey mais rien n’empêche de faire des tirages avec le numérique ! C’est juste que beaucoup ne prennent plus le temps de le faire, et de le faire bien ! Il faut savoir être rigoureux et effectuer ses tirages au fur et à mesure.

      Répondre
  • elodie49

    1 novembre, 2013 at 16 h 19 min

    Joli petit article ! Je suis totalement d’accord avec toi le charme de la photo argentique est inimitable, et c’est ce qu’il fait qu’elle perdure malgré cette avalanche de numérique !

    Répondre
  • H&N

    1 novembre, 2013 at 16 h 51 min

    aaah l’argentique !
    Mon grand père était photographe… Il me reste SON Canon, malheureusement, quand j’ai voulue le faire réparé, c’était impossible. Quel tristesse, j’aurais tellement voulue faire des photos « comme lui »… J’ai donc mon appareil photo numérique. Mon chérie a fait des études photos pour « s’occuper », il a plusieurs argentiques… Un jour je craquerai et lui demanderai de m’en prêter un.
    A coté du numérique, je trouve l’argentique tellement plus vrai, plus spontanée. Pas de retouches possibles, pas de tricheries. Il y a une âme !
    J’aime aussi le coté précieux. Tu ne peux pas faire 50 fois la même photo car une pellicule c’est tellement précieux…
    Un jour, quand j’aurai les moyens financiers, je ferai des photos argentiques. Je le sais.

    Merci pour ton article. :)

    Répondre
    • Charlotte

      2 novembre, 2013 at 10 h 07 min

      C’est tout de même abordable, et il ne faut pas trop se poser de questions… L’échec n’est pas plus important avec l’argentique que le numérique ! On est juste obligé de se confronter à nos erreurs, celles-ci ne sont pas effaçables mais permettent de faire avancer.

      Répondre
  • Jules

    2 novembre, 2013 at 6 h 56 min

    Un article très intéressant ! Tout comme toi, je pratique les deux photographies et je les trouve complémentaires. Je prends aussi plus de plaisir à capturer en argentique. Photographier sur pellicule limite un peu la quantité mais c’est un plus pour la qualité et l’originalité. Bon week-end !

    Répondre
  • Jules-A

    4 novembre, 2013 at 9 h 59 min

    Salut, super article déjà, vraiment j’adore!
    Perso je me suis mis il y a un an à l’argentique et c’est un coup de coeur! Dommage que certaines pellicules soit de moins en moins facile à trouver mais il y a vraiment encore des perles!
    J’ai déjà 8 argentiques différents, plusieurs petits reflex dont le mythique AE-1 et ils sont tous aussi facile à utiliser, il suffit de peu d’attention pour ne pas rater une photo (malgré quelque fois quelques surprises) et comme tu l’as bien dit ça permet vraiment de mieux comprendre la photographie!
    Aussi je pense comme toi qu’on peut pas dire que l’argentique ou le numérique est mieux, j’utilise toujours bcp mon reflex pour shooter du sport et ou mitrailler lors d »évenement important, chose que tu peux pas te permettre en argentique!
    Et pour tous ceux qui ont peur de se lancer dans l’argentique, n’hésitez plus, ça ne coute pas grand chose, ce n’est pas dur si vous lisez simplement le manuel d’instructions de l’appareil et le rendu est souvent 100fois plus vivant et beau qu’un numerique!

    Répondre
    • Charlotte

      4 novembre, 2013 at 10 h 46 min

      Merci beaucoup Jules pour ton enthousiasme et ton retour ! Joli début de collection (j’aurais peut-être dû préciser que ça pouvait être addictif). Et comme tu le dis, ça ne coûte pas très cher, et ça vaut la peine de s’y mettre en oubliant sa peur de l’échec qui est bien trop surestimée. Je viens d’aller jeter un oeil à ton tumblr, et comme j’ai beaucoup aimé la visite je vais l’ajouter dans ma blogroll ;) Bonne continuation à toi !

      Répondre
  • Kean-Thomas

    14 novembre, 2013 at 13 h 02 min

    Comme toi j’aime l’argentique, tellement que j’ai fini par laisser tomber le numérique. C’est finalement un choix personnel, un peu comme vouloir rouler que dans des voitures anciennes. Ce n’est pas tant la beauté mais plus la sensation de créer à l’odeur des révélateurs des images. Je ne sais pas faire de numérique en fait. On m’a un jour prêté un Canon 5D avec quelques objos série L, ce fut un désastre.
    Pour les repas de famille mieux vaut le numérique mais quand on rentre dans une démarche créatrice et de recherche l’argentique n’a pas son pareil.

    Répondre
  • Didia

    19 novembre, 2013 at 13 h 03 min

    Je reviens sur ton article quelques semaines après l’avoir lu pour te dire merci :) . ça fait un peu plus de 2 ans que j’ai vraiment envie de faire de la photo mais je n’ai jamais réussi à économiser assez longtemps pour m’acheter un joli appareil (y’a toujours des choses plus importantes).
    Et puis j’ai lu ton article qui racontait exactement la façon dont j’avais envie de photographier et je me suis rappeler des autocollants que le labo mettait sur mes photos quand j’étais petite pour dire que la photo méritait un agrandissement.
    Du coup j’ai épluché les pettes annonces et là j’attends avec impatience l’appareil que je me suis trouvé pour une bouchée de pain.
    Je dirai pas que ça sera plus économique mais c’est plus facile pour moi de dépenser au compte goutte plutôt que de sortir une grosse somme d’un coup.
    Désolé pour le roman mais tu m’as donné la solution à un de mes petits projets alors encore merci

    Répondre
  • Charlie

    18 décembre, 2013 at 1 h 14 min

    Super articleS ! J’adorai le développement! Ca remonte à une bonne dizaine d’années.. tout ça me donne envie de m’y remettre.

    Je me pose pas mal de questions, notamment entre les différences des films. Quel film choisir et pour quel usage.. il va falloir que j’effectue quelques petites recherches à ce sujet. Peux-tu m’éclairer?

    Alors voilà, et maintenant j’hésites! notamment entre une bonne vieille Sardina ou le Diana F+. ou la Fuji Instax.. Aurais-tu un conseil? ??

    Est-il possible de jouer sur les effets à partir d’un Fuji Instax Mini?

    MERCI de ta réponse!!
    @+

    Répondre
    • Charlotte

      18 décembre, 2013 at 9 h 17 min

      Merci Charlie pour ton enthousiasme !

      Pour les filtres, quelles sont les questions que tu te poses ? (Tu peux me contacter par mail ou sur Twitter ou FB si tu préfères).

      Ensuite pour ce qui est du dilemme entre les toy camera, ce sont trois appareils très différents.
      La Sardina est très récent, donc les possibilités sont réduites (peu d’accessoires).
      Le Diana F+ est plus polyvalent, plusieurs optiques possibles (notamment le fisheye) mais aussi la possibilité de photographier en 120 ou en 135 grâce au dos adaptable. Ainsi qu’en instantané avec le dos Instax Mini. Par contre bien entendu ça chiffre vite…
      Enfin pour ce qui est de l’instax mini, l’utilisation reste basique. On vise on déclenche et on sort la photo…

      Voilà pour les quelques précisions que je peux t’apporter.

      Répondre
      • Charlie

        18 décembre, 2013 at 15 h 10 min

        Hlo Charlotte,

        Ok, Super!
        Tu m’as bien aidée!

        Je ne savais qu’on pouvait adapter un dos au Diana F+ pour un tirage en instantané. Mon choix est donc fait.

        Oui, je te ferai parvenir un petit mail concernant les films.

        Encore merci! @ ++

        Répondre
  • Seb

    24 décembre, 2013 at 10 h 24 min

    Superbe article sur la photographie argentique, bravo ! Je découvre aujourd’hui seulement ce blog et je crois que je vais y revenir souvent ;-)
    Je suis membre actif du forum 35mm-compact.com, qui est l’un des plus gros forums de photo argentique, ou l’un des plus actifs. On y parle exclusivement argentique, si vous cherchez des renseignements n’hésitez pas à y faire un petit tour. Pour le côté lomographique, bidouille and co, le forum Holg4.org est aussi une référence.

    Le numérique c’est pratique, l’argentique c’est MAGIQUE ! :-)

    A+ !

    Répondre
  • Taline

    4 janvier, 2014 at 21 h 03 min

    Dans le club photo où je vais, un membre a proposer de faire des photos argentiques cette année… A voir, j’ai plusieurs appareils récupérés chez mon grand père mais je ne suis pas sur qu’ils fonctionnent… Je pense que je vais me laisser tenter et déjà voir avec lui où en sont mes appareils… A suivre
    Merci pour ton article, ça donne envie d’essayer.

    Répondre
  • branckaert claude

    20 janvier, 2014 at 12 h 13 min

    je crois qu’on n’égalera jamais la qualité de la photo argentique face au numérique .Le problème en Belgique c’est de trouver des accessoires.En tant qu’archéologue amateur faire des photos d’objets de petite taille est difficile a cause de la lumière ,je ne maitrise pas assez la lumière artificielle, une aide me serait précieuse, merci, bien a vous, claude

    Répondre
  • Gilbert 62

    29 avril, 2014 at 22 h 10 min

    Très très bien ton exposé sur les deux techniques , moi je suis argentique avec un peu de numérique lorsque j’ai besoin du résultat de suite, mais pour moi la photo c’est l’argentique . Je résume le numérique c’est très bien nous avons la photo cinq secondes plus tard mais cinq mois plus tard on n’est plus foutu de la retrouver , l’argentique on attend 24 heures ensuite elle est dans l’album sur l’étagère et 10 ans plus tard elle est toujours là sans courant électrique , et personne ne dira que j’ai triché avec un ordinateur .Amicalement et bonjour de mes Leica M2 et IIIF 60 ans que ça fonctionne ( que ça baroud ) si saint pierre est d’accord ils peuvent refaire 60 ans sans aucun problème , d’ailleurs comme tous les appareils de cet époque .

    Répondre
    • Charlotte

      5 mai, 2014 at 12 h 01 min

      Merci Gilbert ! D’où mon refrain perpétuel: rien ne vaut des photos sur papier ! Toujours faire des tirages régulièrement (et de qualité) au lieu de laisser les fichiers s’entasser.

      Répondre
  • Frédéric

    1 septembre, 2015 at 17 h 51 min

    Un jour mon énième appareil numérique n’a plus voulu reconnaître sa batterie (encore un), à quelques mois de l’achat… Le même jour un vieux reflex argentique m’a fait de l’oeil… La suite on la devine ;)

    Répondre
  • Solenne

    23 juin, 2016 at 13 h 58 min

    Merci pour tes précieux conseils ! J’ai le même appareil que toi, et j’ai encore quelques difficulté à obtenir un résultat comme sur les deux dernières photos de ton article : une légère surexposition, un joli grain, des nuances pastels… Peux-tu me donner des conseils pour obtenir un tel résultat ? Aussi je me demandais quelles sont les pellicules que tu as utilisées ? Merci d’avance ! :)

    Répondre
    • Charlotte

      24 juin, 2016 at 11 h 24 min

      Bonjour Solenne,
      De quel appareil il s’agit ? Je ne peux pas te répondre pour les pellicules car je ne suis pas sûre de celles utilisées, seule la N&B une ilford 400. Pour obtenir le résultat que tu souhaites, c’est un travail collectif entre tes réglages, le film et le développement de celui-ci. Donc le seul conseil que je te donnerai c’est apprendre à utiliser l’appareil que tu as entre les mains comme il se doit, après tu pourras facilement jouer sur le résultat suivant les réglages et le choix du film ;)

      Répondre
  • Philippe

    3 septembre, 2016 at 1 h 21 min

    Bonsoir Charlotte, si cela vous intéresse, je vous tiendrai au courant et je vous demanderai conseil sur mon projet de refaire des photos en argentique. Je suis contient de l’aspect pratique du numérique mais très déçu du rendu des photos et surtout abasourdi de la quantité de photos que l’on doit trier à chaque fois, par parquet de 300, 500 et bien plus…….cela n’ a aucun sens pour moi! Voilà mon ressenti sur le sujet, merci et à bientôt! Cordialement Philippe!!

    Répondre
    • Charlotte

      4 septembre, 2016 at 12 h 04 min

      Bonjour Philippe,
      J’espère que vous prendrez plaisir en redécouvrant la photo argentique. Quant à votre remarque, qui vous laisse sans voix, sur le nombre impressionnant de photos, je ne saurai que vous répondre que c’est aussi une façon de photographier qui est à revoir. Un trop grand nombre de clichés peut être la manifestation d’un manque de notions techniques ou d’une mauvaise approche du sujet. C’est aussi pour ça que la photographie argentique permet de revoir l’essentiel du pourquoi et comment photographier. Je vous invite à lire cet article: http://charlottebocquet.com/journal/photographier-moins-profiter-plus/
      Bonne continuation, n’hésitez pas à revenir partager vos expériences ;)

      Répondre
  • Rota

    21 février, 2017 at 11 h 06 min

    Salut Charlotte, tout d’abord, merci pour les informations, ton article est super chouette!
    Je m’intéresse de plus en plus à l’argentique, et j’aimerai m’y pencher de plus près.
    Bon, pour l’instant, c’est pas gagné, je n’y connais vraiment pas grand chose… Connais-tu ce modele: MINOLTA DYNAX 600si Classic Reflex ? Est-il intéressant de travailler l’argentique avec un reflex? Je me pose un tas de questions.
    Quel modèle tu conseillerais-tu à quelqu’un qui souhaite débuter? Personnellement, je vise un résultat s’approchant des deux premières prises que tu as publié sur cet article (la tour Eiffel, et le cygne).

    Répondre
    • Charlotte

      21 février, 2017 at 11 h 58 min

      Bonjour,
      Merci à toi pour ton enthousiasme pour cet article.
      Pour te répondre, je ne connais pas cet appareil spécifiquement et il est forcément intéressant de travailler le B.A.Ba de la photographie argentique avec un reflex puisque cela permet vraiment de comprendre les principes de la prise de vue.
      Pour débuter, le plus simple est de commencer avec ce qu’il y a de plus abordable, c’est à dire commencer par faire le tour de son entourage… Il y a toujours un vieil appareil photo qui traine quelque part et qui ne demande qu’à resservir.
      Une fois les bases acquises tu pourras comprendre l’impact du choix de l’appareil, du film, des réglages sur le résultats et pouvoir te rapprocher de ce que tu recherches.

      Répondre

Laisser un commentaire